Tamiflu - instructions pour l'utilisation, les critiques, les analogues et les formes de libération (gélules 30 mg, 45 mg et 75 mg ou comprimés, poudre pour suspension) médicaments pour le traitement et la prévention de la grippe chez l'adulte, l'enfant et pendant la grossesse

Dans cet article, vous pouvez lire les instructions d'utilisation du médicament Tamiflu. Il existe des critiques de visiteurs sur le site - consommateurs de ce médicament, ainsi que l'opinion de médecins spécialistes sur l'utilisation de Tamiflu dans leur pratique. Nous vous demandons d’ajouter plus activement vos commentaires sur le médicament: le médicament a aidé ou non à éliminer la maladie, quelles complications et quels effets secondaires ont été observés, peut-être non indiqués par le fabricant dans l’annotation. Analogues de Tamiflu avec analogues structuraux disponibles. Utilisation pour le traitement et la prévention de la grippe chez l’adulte, l’enfant, la grossesse et l’allaitement.

Tamiflu est un médicament antiviral. Le phosphate d'oseltamivir (l'ingrédient actif du Tamiflu) est un précurseur de médicament, son métabolite actif, l'oxeltamivir carboxylate (OK), est un inhibiteur efficace et sélectif de la neuraminidase des virus de la grippe A et B - une enzyme qui catalyse le processus de libération des particules virales nouvellement formées à partir de cellules infectées, leur pénétration dans les cellules épithéliales respiratoires. les voies et la propagation du virus dans le corps.

Il inhibe la croissance du virus de la grippe et la réplication du virus et sa pathogénicité, réduit la libération des virus de la grippe A et B de l'organisme.

Pharmacocinétique

Tamiflu est facilement absorbé par le tractus gastro-intestinal et est fortement converti en un métabolite actif par l'action des estérases hépatiques et intestinales. Au moins 75% de la dose ingérée entre dans la circulation systémique sous la forme du métabolite actif, moins de 5% sous la forme du médicament initial. Les concentrations plasmatiques des deux promédicaments et du métabolite actif sont proportionnelles à la dose et ne dépendent pas de la prise de nourriture. Selon des études chez l'animal, après ingestion de phosphate d'oseltamivir, son métabolite actif a été retrouvé dans tous les principaux foyers d'infection (poumons, broncho-lavages, muqueuse nasale, oreille moyenne et trachée) à des concentrations produisant un effet antiviral. Excrété (> 90%) sous forme de métabolite actif principalement par les reins. Le métabolite actif n'est plus transformé et est excrété par les reins (> 99%) par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire.

Des indications

  • traitement de la grippe chez les adultes et les enfants de plus d'un an;
  • prévention de la grippe chez les adultes et les adolescents âgés de plus de 12 ans et appartenant à des groupes exposés à un risque accru d’infection par le virus (dans les unités militaires et les grandes équipes de production, chez les patients affaiblis);
  • prévention de la grippe chez les enfants âgés de plus d'un an.

Formes de libération

Capsules 30 mg, 45 mg et 75 mg (parfois appelées à tort comprimés).

Poudre pour la préparation de suspensions pour administration orale (forme du médicament pour enfants).

Instructions pour l'utilisation et le dosage

Le médicament est pris par voie orale, avec les repas ou indépendamment du repas. La tolérance du médicament peut être améliorée si elle est prise avec les repas.

Les adultes, les adolescents ou les enfants qui ne peuvent pas avaler une gélule peuvent également recevoir le traitement Tamiflu sous forme de poudre pour préparer une suspension buvable.

Dans les cas où Tamiflu n'est pas sous forme de poudre pour administration orale, ou en cas de signes de vieillissement des gélules, ouvrez la gélule et versez son contenu dans une petite quantité (max. 1 c. À thé) d'un produit alimentaire sucré approprié (sirop au chocolat avec sans sucre ou sans sucre, miel, sucre brun clair ou sucre de table, dissous dans de l'eau, dessert sucré, lait concentré sucré, compote de pomme ou yogourt) pour masquer le goût amer. Le mélange doit être soigneusement mélangé et donné au patient dans son ensemble. Avalez le mélange immédiatement après la préparation.

Le médicament doit être démarré au plus tard 2 jours après l’apparition des symptômes de la grippe.

Les adultes et les adolescents âgés de 12 ans et plus se voient prescrire 75 mg (1 capsule à 75 mg ou 1 capsule à 30 mg + 1 capsule à 45 mg ou suspension) 2 fois par jour pendant 5 jours. L'augmentation de la dose de plus de 150 mg par jour n'augmente pas l'effet.

Les enfants âgés de 8 ans et plus ou pesant plus de 40 kg et pouvant avaler des gélules peuvent également recevoir des gélules de Tamiflu 75 mg (1 gélule 75 mg ou 1 gélule 30 mg + 1 gélule 45 mg) jour

Enfants de 1 an et plus recommandés poudre en suspension pour administration orale ou capsules de 30 mg et 45 mg (pour les enfants de plus de 2 ans).

Le schéma posologique recommandé pour Tamiflu sous forme de gélules à 30 mg et à 35 mg ou de suspensions pour les enfants, en fonction du poids de l'enfant:

  • inférieur ou égal à 15 kg - 30 mg 2 fois par jour;
  • plus de 15-23 kg - 45 mg 2 fois par jour;
  • plus de 23-40 kg - 60 mg 2 fois par jour;
  • plus de 40 kg - 75 mg 2 fois par jour.

Pour le dosage, la suspension doit utiliser la seringue jointe étiquetée 30 mg, 45 mg et 60 mg. La quantité requise de suspension est prélevée dans le flacon avec une seringue doseuse, transférée dans un gobelet doseur et prise par voie orale.

Le médicament doit être démarré au plus tard 2 jours après le contact avec le patient.

Adultes et adolescents âgés de 12 ans et plus Tamiflu a prescrit 75 mg (1 capsule à 75 mg ou 1 capsule à 30 mg + 1 capsule à 45 mg ou suspension) 1 fois par jour par voie orale pendant au moins 10 jours après le contact avec le patient. Au cours de l'épidémie de grippe saisonnière, 75 mg 1 fois par jour pendant 6 semaines. L'effet préventif dure aussi longtemps que la prise du médicament.

Les enfants âgés de 8 ans et plus ou pesant plus de 40 kg et qui peuvent avaler des gélules peuvent également être prescrits pour la prévention de 75 mg (1 gélule 75 mg ou 1 gélule 30 mg + 1 gélule 45 mg) 1 fois par an. jour

Pour les enfants âgés de 1 an et plus, le médicament sous forme de suspension ou de gélules de 30 mg et 45 mg est prescrit en prophylaxie aux doses suivantes:

  • inférieur ou égal à 15 kg - 30 mg une fois par jour;
  • plus de 15-23 kg - 45 mg 1 fois par jour;
  • plus de 23-40 kg - 60 mg une fois par jour;
  • plus de 40 kg - 75 mg 1 fois par jour.

Pour le dosage, la suspension doit utiliser la seringue jointe étiquetée 30 mg, 45 mg et 60 mg. La quantité requise de suspension est prélevée dans le flacon avec une seringue doseuse, transférée dans un gobelet doseur et prise par voie orale.

Préparation de la suspension de Tamiflu à partir de poudre

1. Tapotez doucement le flacon fermé plusieurs fois avec votre doigt pour que la poudre se répartisse au fond du flacon.

2. Mesurez 52 ml d'eau à l'aide d'une tasse à mesurer et remplissez-la au niveau spécifié.

3. Ajoutez 52 ml d'eau dans le flacon, fermez le capuchon et agitez bien pendant 15 secondes.

4. Retirez le capuchon et insérez l'adaptateur dans le goulot de la bouteille.

5. Vissez fermement le flacon avec le capuchon pour assurer le bon positionnement de l'adaptateur.

L'étiquette de la bouteille doit indiquer la date de péremption de la suspension préparée. Avant d'utiliser le flacon avec la suspension préparée, il faut le secouer. Pour le dosage de la suspension, une seringue de dosage est attachée avec des étiquettes indiquant les niveaux de dose de 30 mg, 45 mg et 60 mg.

Préparation extamporale de la suspension de Tamiflu à partir de gélules

Dans les cas où les adultes, les adolescents et les enfants ont des problèmes pour avaler les gélules et que Tamiflu se présente sous forme de poudre pour préparer une suspension pour administration par voie orale ou en cas de signes de vieillissement des gélules, ouvrir la gélule et vider son contenu en petite quantité (max. une cuillère à thé) d'un produit alimentaire sucré approprié (comme indiqué ci-dessus) afin de masquer le goût amer. Le mélange doit être soigneusement mélangé et donné au patient dans son ensemble. Avalez le mélange immédiatement après la préparation.

Effets secondaires

  • des nausées et des vomissements;
  • la diarrhée;
  • une bronchite;
  • douleur abdominale;
  • saignements gastro-intestinaux;
  • des vertiges;
  • maux de tête;
  • toux
  • troubles du sommeil;
  • faiblesse
  • douleurs de divers endroits;
  • la rhinorrhée;
  • infections des voies respiratoires supérieures;
  • asthme (y compris exacerbation);
  • otite moyenne aiguë;
  • une pneumonie;
  • la sinusite;
  • une dermatite;
  • lymphadénopathie;
  • une dermatite;
  • éruption cutanée;
  • l'eczéma;
  • l'urticaire;
  • érythème polymorphe;
  • Syndrome de Stevens-Johnson;
  • réactions anaphylactiques et anaphylactoïdes;
  • angioedema;
  • l'hépatite;
  • des convulsions;
  • le délire (y compris les symptômes tels que la conscience altérée, la désorientation dans le temps et l'espace, le comportement anormal, les idées délirantes, les hallucinations, l'agitation, l'anxiété, les cauchemars).

Contre-indications

  • insuffisance rénale chronique (hémodialyse permanente, dialyse péritonéale chronique, CC inférieur à 10 ml / min);
  • hypersensibilité au médicament.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Dans les études sur la toxicité sur la reproduction d'animaux (rats, lapins), aucun effet tératogène n'a été observé. Des études chez le rat n'ont révélé aucun effet indésirable de l'oseltamivir sur la fertilité. L'exposition chez le fœtus était de 15 à 20% de celle de la mère.

Au cours des études précliniques, Tamiflu et son métabolite actif ont pénétré dans le lait des rates allaitantes. On ne sait pas s'il y a excrétion d'oseltamivir ou du métabolite actif dans le lait chez l'homme, mais leur quantité dans le lait maternel peut être de 0,01 mg par jour et de 0,3 mg par jour, respectivement.

Depuis les données sur l'utilisation du médicament chez la femme enceinte ne suffisent pas, Tamiflu ne devrait être prescrit pendant la grossesse ou l'allaitement que si les avantages éventuels de son utilisation pour la mère dépassent les risques potentiels pour le fœtus ou le nourrisson.

Utilisation chez les enfants

Tamiflu ne doit pas être administré aux enfants de moins de 1 an.

Instructions spéciales

Des convulsions et des troubles neuropsychiatriques de type délire ont été rapportés chez des patients (principalement des enfants et des adolescents) ayant pris Tamiflu pour traiter la grippe. Ces cas étaient rarement accompagnés d’actes mettant la vie en danger. Le rôle de Tamiflu dans le développement de ces phénomènes est inconnu. Des troubles neuropsychiatriques similaires ont également été observés chez des patients grippés n'ayant pas reçu Tamiflu.

Lors de l'application de Tamiflu, une surveillance attentive du comportement des patients, en particulier des enfants et des adolescents, est recommandée pour identifier les signes de comportement anormal.

Il n’existe aucune donnée sur l’efficacité de Tamiflu dans le traitement de maladies causées par d’autres agents pathogènes que les virus grippaux A et B.

Dans le traitement et la prévention de la grippe chez les patients présentant un CC de 10 à 30 ml / min, un ajustement de la dose du médicament Tamiflu est nécessaire. Les recommandations pour l'ajustement de la dose chez les patients sous hémodialyse, dialyse péritonéale et chez les patients avec un QA ≤ 10 ml / min sont absentes.

Un flacon de Tamiflu (30 g de poudre pour suspension buvable) contient 25,713 g de sorbitol. Lorsque vous prenez Tamiflu à une dose de 45 mg, 2 fois par jour, 2,6 g de sorbitol sont ingérés. Chez les patients présentant une intolérance congénitale au fructose, cette quantité dépasse le taux quotidien de sorbitol.

Interaction médicamenteuse

Selon les études pharmacologiques et pharmacocinétiques, des interactions médicamenteuses cliniquement significatives sont peu probables.

Le phosphate d'oseltamivir est fortement transformé en un métabolite actif sous l'action des estérases, principalement présentes dans le foie. Les interactions médicamenteuses provoquées par la compétition et la liaison aux centres actifs des estérases transformant le phosphate d'oseltamivir en substance active ne sont pas représentées. Le faible degré de liaison de l'oseltamivir et du métabolite actif avec les protéines ne suggère pas qu'il existe une interaction associée au déplacement des médicaments de l'association avec les protéines.

In vitro, le phosphate d'oseltamivir et le métabolite actif ne constituent pas le substrat préféré des oxydases polyfonctionnelles du système du cytochrome P450 ni des glucuronyltransférases. Il n'y a aucune raison d'interagir avec les contraceptifs oraux.

La cimétidine, un inhibiteur non spécifique des isoenzymes du système du cytochrome P450 et en compétition dans le processus de sécrétion tubulaire avec des préparations alcalines et des cations, n'affecte pas les concentrations plasmatiques d'oseltamivir et de son métabolite actif.

Il est peu probable que des interactions cliniquement significatives avec la compétition pour la sécrétion tubulaire soient associées, compte tenu de la marge de sécurité de la plupart de ces médicaments, de la voie d'élimination du métabolite actif, l'oseltamivir (filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire anionique), ainsi que de la capacité d'excrétion de chacune des voies.

Le probénécide entraîne une augmentation d'environ 2 fois l'ASC du métabolite actif de l'oseltamivir (en réduisant la sécrétion tubulaire active dans les reins). Toutefois, aucune adaptation posologique avec l'utilisation simultanée de probénécide n'est nécessaire, compte tenu de la marge de sécurité du métabolite actif.

L'administration simultanée d'amoxicilline n'affecte pas les concentrations plasmatiques d'oseltamivir et de ses composants, ce qui démontre une faible compétition pour l'élimination par la sécrétion tubulaire anionique.

L'administration simultanée de paracétamol n'affecte pas les concentrations plasmatiques d'oseltamivir et de son métabolite actif, ni de paracétamol.

L'interaction pharmacocinétique de l'oseltamivir, son principal métabolite, n'a pas été détectée lors de l'administration simultanée de paracétamol, d'acide acétylsalicylique, de cimétidine ou d'agents antiacides (hydroxyde d'aluminium et de magnésium, carbonate de calcium).

Au cours des études cliniques, Tamiflu a été prescrit avec des médicaments couramment utilisés, tels que les inhibiteurs de l'ECA (énalapril, captopril), les diurétiques thiazidiques (bendrofluméthiazide), des antibiotiques (pénicilline, céphalosporines, azithromycine, érythromycine) et des ), bêtabloquants (propranolol), xanthines (théophylline), sympathomimétiques (pseudoéphédrine), agonistes des récepteurs opioïdes (codéine), corticoïdes, bronchodilatateurs inhalés, acide acétylsalicylique, ibuprofène, paracétam ol. Des changements dans la nature ou la fréquence des événements indésirables n’ont pas été observés.

Analogues du médicament Tamiflu

Analogues structurels de la substance active:

Analogues pour l'effet anti-influenza:

  • Agrippal S1;
  • AnGriCaps Maxim;
  • Antigrippin-maximum;
  • Araglin D;
  • Begrivak;
  • Ingavirine;
  • Influvac;
  • Rec 19;
  • Le néovir;
  • Oxodihydroacridinyl acétate de sodium;
  • Relenza;
  • Theraflu contre le rhume et la grippe;
  • Tsitovir-3;
  • CigaPan;
  • Ergoferon.

Utilisé pour traiter les maladies: grippe, prévention de la grippe

Instructions pour l'utilisation de médicaments, analogues, critiques

Instructions de pills.rf

Menu principal

Seules les instructions officielles les plus récentes concernant l'utilisation des médicaments! Les instructions pour les médicaments sur notre site sont publiées sous une forme inchangée, dans laquelle elles sont attachées aux médicaments.

TAMIFLU® en capsules de 75 mg

LES MEDICAMENTS DES VACANCES RECEPTIVES SONT ADMIS A UN PATIENT UNIQUEMENT PAR UN MEDECIN. CETTE INSTRUCTION EST UNIQUEMENT POUR LES TRAVAILLEURS MÉDICAUX.

INSTRUCTION pour l'utilisation médicale du médicament TAMIFLU® (TAMIFLU®)

Numéro d'enregistrement
П N012090 / 01-050515

Nom commercial
Tamiflu®

Dénomination commune internationale
Oseltamivir

Nom chimique
Ester éthylique de l'acide (3R, 4R, 5S) -4-acétylamino-5-amino-3- (1-éthylpropoxy) -1-cyclohexène-1-carboxylique, phosphate

Forme de dosage
Capsules

La composition
Une capsule contient:
ingrédient actif: oseltamivir - 75 mg (sous forme de phosphate d’oseltamivir - 98,5 mg);
excipients: amidon prégélatinisé - 46,4 mg, povidone K30 - 6,7 mg, croscarmellose sodique - 3,4 mg, talc - 8,3 mg, stéarylfumarate de sodium - 1,7 mg;
enveloppe de la capsule - 63 mg (cas - gélatine, oxyde de fer noir (E172), dioxyde de titane (E171); capuchon - gélatine, oxyde de rouge de fer (E172), oxyde de titane (E172), dioxyde de titane (E171)) ;
encre pour l'inscription sur la capsule: éthanol, gomme laque, butanol, dioxyde de titane (E171), laque d'aluminium à base de carmin indigo, éthanol dénaturé [alcool méthylé].

Description
Capsules en gélatine dure, taille 2. Corps - gris, opaque; calotte - jaune pâle, opaque. Le contenu des capsules est une poudre blanche à blanc jaunâtre. Sur la capsule, il y a une inscription «ROCHE» (sur le boîtier) et «75 mg» (sur le capuchon) de couleur bleu clair.
Remarque: après 5 ans de conservation du médicament, des signes de «vieillissement» des gélules peuvent apparaître, pouvant conduire à une fragilité accrue de celui-ci ou à d'autres troubles physiques n'affectant ni l'efficacité ni la sécurité du médicament.

Groupe pharmacothérapeutique
Agent antiviral

Code ATX
[J05AH02]

Action pharmacologique
Pharmacodynamique
Mécanisme d'action
Médicament antiviral. L'oseltamivir est un précurseur du médicament, son métabolite actif (oseltamivir carboxylate, OK) est un inhibiteur efficace et sélectif des virus de la neuraminidase de type A et B de la neuraminidase, une enzyme qui catalyse le processus de libération des particules virales nouvellement formées, leur pénétration dans des cellules épithéliales non infectées et leur propagation. virus dans le corps. Il inhibe la croissance du virus de la grippe in vitro et inhibe la réplication du virus et sa pathogénicité in vivo, réduit la sécrétion des virus de la grippe A et B de l'organisme. La concentration en OK requise pour inhiber la neuraminidase de 50% (CI50) est de 0,1-1,3 nM pour le virus de la grippe A et de 2,6 nM pour la grippe B. Les valeurs médianes de la CI50 du virus de la grippe B sont légèrement supérieures et égales à 8,5 nM.
Efficacité clinique
Dans les études menées, Tamiflu® n'a pas eu d'incidence sur la formation d'anticorps anti-influenza, y compris la production d'anticorps en réponse à l'introduction d'un vaccin antigrippal inactivé.
Études d'infection naturelle par la grippe
Au cours des études cliniques menées au cours d'une infection grippale saisonnière, les patients ont commencé à recevoir Tamiflu® au plus tard 40 heures après le début des premiers symptômes de l'infection grippale. 97% des patients étaient infectés par le virus grippal A et 3% des patients atteints du virus grippal B. Tamiflu® raccourcissait significativement la période de manifestations cliniques de l'infection grippale (pendant 32 heures). Chez les patients présentant un diagnostic confirmé d'influenza ayant pris Tamiflu®, la gravité de la maladie, exprimée par la zone sous la courbe de l'indice de symptôme cumulé, était de 38% inférieure à celle des patients ayant reçu un placebo. De plus, chez les jeunes patients sans comorbidités, Tamiflu® a réduit d'environ 50% l'incidence des complications de la grippe nécessitant l'utilisation d'antibiotiques (bronchite, pneumonie, sinusite, otite moyenne). Des preuves évidentes de l'efficacité du médicament au regard des critères d'efficacité secondaires liés à l'activité antivirale ont été obtenues: Tamiflu® a entraîné à la fois un raccourcissement du temps nécessaire à la libération du virus et une diminution de la surface sous la courbe "titre viral".
Les données obtenues dans le cadre d'une étude sur le traitement de Tamiflu® chez les patients âgés et âgés montrent que la prise de Tamiflu® à une dose de 75 mg 2 fois par jour pendant 5 jours s'est accompagnée d'une diminution cliniquement significative de la médiane de la période de manifestations cliniques de l'infection grippale, similaire à celle observée chez les patients adultes. plus jeunes, toutefois, les différences n’ont pas atteint la signification statistique. Dans une autre étude, des patients atteints de grippe âgée de plus de 13 ans et souffrant de maladies chroniques concomitantes des systèmes cardiovasculaire et / ou respiratoire ont reçu Tamiflu® dans le même schéma posologique ou le même placebo. Il n'y avait pas de différence dans la médiane de la période précédant la réduction des manifestations cliniques d'infection grippale dans les groupes Tamiflu® et placebo, mais la période d'augmentation de la température pendant la prise de Tamiflu® a été réduite d'environ 1 jour. La proportion de patients libérant le virus le deuxième et le quatrième jour a considérablement diminué. Le profil d'innocuité de Tamiflu® chez les patients à risque n'a pas différé de celui de la population générale des patients adultes.
Traitement de la grippe chez les enfants
Les enfants âgés de 1 à 12 ans (moyenne d'âge 5,3 ans) qui avaient de la fièvre (≥ 37,8 ° C) et l'un des symptômes du système respiratoire (toux ou rhinite) lors de la circulation du virus de l'influenza parmi la population, étaient à double insu contrôlés par placebo. recherche. 67% des patients étaient infectés par le virus de l'influenza A et 33% des patients par le virus de l'influenza B. Le médicament Tamiflu® (pris au plus tard 48 heures après l'apparition des premiers symptômes de l'infection grippale) a réduit de manière significative la durée de la maladie (de 35,8 heures) par rapport au placebo. La durée de la maladie a été définie comme le temps nécessaire pour arrêter la toux, la congestion nasale, la disparition de la fièvre et le retour à une activité normale. Dans le groupe d'enfants recevant Tamiflu®, l'incidence de l'otite moyenne aiguë a été réduite de 40% par rapport au groupe placebo. La récupération et le retour à une activité normale sont survenus près de 2 jours plus tôt chez les enfants traités par Tamiflu®, par rapport au groupe placebo.
Une autre étude portait sur des enfants âgés de 6 à 12 ans souffrant d'asthme bronchique; 53,6% des patients avaient une infection grippale confirmée sérologiquement et / ou en culture. La durée médiane de la maladie dans le groupe de patients recevant Tamiflu® n'a pas diminué de manière significative. Cependant, au 6ème jour du traitement par Tamiflu®, le volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) avait augmenté de 10,8%, contre 4,7% chez les patients recevant un placebo (p = 0,0148).
Prévention de la grippe chez l'adulte et l'adolescent
L'efficacité prophylactique de Tamiflu® dans les infections grippales naturelles A et B a été prouvée dans le cadre de trois études cliniques de phase III distinctes. Lors de l’administration de Tamiflu®, environ 1% des patients ont contracté la grippe. Tamiflu® a également réduit de manière significative la fréquence d'excrétion du virus et empêché la transmission du virus d'un membre de la famille à un autre.
Les adultes et les adolescents qui ont été en contact avec un membre de la famille malade ont commencé à prendre Tamiflu® pendant deux jours après le début des symptômes de la grippe chez les membres de la famille et ont continué pendant 7 jours, ce qui a considérablement réduit l'incidence de la grippe chez les personnes en contact de 92%.
Chez les adultes non vaccinés et généralement en bonne santé âgés de 18 à 65 ans, la prise de Tamiflu® au cours d'une épidémie de grippe a réduit de manière significative l'incidence de la grippe (de 76%). Les patients ont pris le médicament pendant 42 jours.
Les personnes âgées et les personnes âgées qui se trouvaient dans des maisons de retraite, dont 80% avaient été vaccinées avant la saison au cours de laquelle l’étude était menée, ont considérablement réduit l’incidence de la grippe de 92%. Dans la même étude, Tamiflu® a réduit de manière significative (de 86%) la fréquence des complications de la grippe: bronchite, pneumonie, sinusite. Les patients ont pris le médicament pendant 42 jours.
Prévention de la grippe chez les enfants
L'efficacité prophylactique de Tamiflu® dans l'infection grippale naturelle a été démontrée chez les enfants de 1 à 12 ans après le contact avec un membre de la famille malade ou une personne issue d'un environnement permanent. Le paramètre d'efficacité principal était la fréquence des infections grippales confirmées en laboratoire. Chez les enfants ayant reçu Tamiflu® / poudre pour suspension pour administration orale / à une dose de 30 à 75 mg 1 fois par jour pendant 10 jours et n'ayant pas libéré le virus initialement, la fréquence de la grippe confirmée en laboratoire a diminué à 4% (2/47) contre 21% (15/70) dans le groupe placebo.
Prévenir la grippe chez les personnes immunodéprimées
Chez les personnes immunodéprimées atteintes d’une infection grippale saisonnière et en l’absence de libération du virus, l’utilisation prophylactique de Tamiflu® à des fins prophylactiques a permis de réduire la fréquence des infections grippales confirmées en laboratoire, accompagnées de symptômes cliniques, à 0,4% (1/232) contre 3% (7/231). dans le groupe placebo. Une infection grippale confirmée en laboratoire, accompagnée de symptômes cliniques, a été diagnostiquée quand la température buccale était supérieure à 37,2 ° C, une toux et / ou une rhinite aiguë (tous enregistrés le même jour en prenant le médicament / le placebo), ainsi qu'un résultat positif de la transcriptase inverse réaction en chaîne par polymérase de l’ARN du virus de la grippe.
Résistance
Études cliniques
Le risque de virus grippaux moins sensibles ou moins résistants au médicament a fait l’objet d’études cliniques parrainées par Roche. Chez tous les patients atteints du virus OK-résistante, le porteur avait un caractère temporaire, n’affectait pas l’élimination du virus et n’entraînait pas de détérioration de la situation clinique.

Population de patients Patients présentant des mutations entraînant une résistance
Phénotypage * Génotypage et phénotypage *
Adultes et adolescents 4/1245 (0,32%) 5/1245 (0,4%)
Enfants (1-12 ans) 19/464 (4,1%) 25/464 (5,4%)
* Le génotypage complet n'a été mené dans aucune des études.

Lors de la prise de Tamiflu® à des fins de prophylaxie post-exposition (7 jours), de prophylaxie des contacts dans la famille (10 jours) et de prophylaxie saisonnière (42 jours) chez les personnes dont le système immunitaire fonctionnait normalement, aucun cas de pharmacorésistance n'a été observé.
Dans une étude de 12 semaines sur la prophylaxie saisonnière chez des sujets immunodéprimés, aucun cas de résistance n'a également été observé.
Données provenant de cas cliniques individuels et d'études d'observation
Chez les patients n'ayant pas reçu d'oseltamivir, des mutations des virus grippaux A et B, dont la sensibilité à l'oseltamivir était diminuée, survenant dans des conditions naturelles ont été observées. En 2008, une mutation du type de substitution H275Y, entraînant une résistance, a été détectée dans plus de 99% des souches du virus H1N1 2008 circulant en Europe. Le virus de la grippe H1N1 de 2009 («grippe porcine») était dans la plupart des cas sensible à l'oseltamivir. Des souches résistantes à l'oseltamivir ont été trouvées chez des individus dont le système immunitaire fonctionnait normalement et chez des individus immunodéprimés prenant de l'oseltamivir. Le degré de diminution de la sensibilité à l'oseltamivir et la fréquence d'apparition de ces virus peuvent varier en fonction de la saison et de la région. La résistance à l'oseltamivir a été constatée chez des patients atteints de grippe pandémique H1N1 qui avaient reçu le médicament à la fois pour le traitement et pour la prévention.
L'incidence de la résistance peut être plus élevée chez les patients plus jeunes et chez les patients immunodéprimés. Les souches de laboratoire de virus grippal et de virus grippaux résistantes à l'oseltamivir de patients traités par l'oseltamivir présentent des mutations des neuraminidases N1 et N2. Les mutations provoquant une résistance sont souvent spécifiques au sous-type de neuraminidase.
Lorsque vous décidez d’utiliser Tamiflu®, vous devez tenir compte de la sensibilité saisonnière du virus de la grippe au médicament (les informations les plus récentes sont disponibles sur le site Web de l’OMS).
Données précliniques
Les données précliniques obtenues à partir d'études standard sur l'innocuité pharmacologique, la génotoxicité et la toxicité chronique n'ont révélé aucun danger particulier pour l'homme.
Cancérogénicité: Les résultats de 3 études sur l'identification du potentiel carcinogène (deux études de 2 ans chez le rat et la souris pour l'oseltamivir et une étude de 6 mois sur la souris transgénique Tg: AC pour un métabolite actif) étaient négatifs.
Mutagénicité: Les tests génotoxiques standard sur l'oseltamivir et le métabolite actif étaient négatifs.
Impact sur la fertilité: l'oseltamivir à une dose de 1500 mg / kg / jour n'a pas affecté la fonction générative des mâles et des femelles de rats.
Tératogénicité: dans les études sur la tératogénicité de l'oseltamivir à une dose allant jusqu'à 1 500 mg / kg / jour (chez le rat) et jusqu'à 500 mg / kg / jour (chez le lapin), aucun effet sur le développement embryo-fœtal n'a été détecté. Des études sur les périodes de développement prénatal et postnatal chez le rat avec l'introduction de l'oseltamivir à une dose de 1500 mg / kg / jour ont montré une augmentation de la durée du travail: la limite de sécurité entre l'exposition chez l'homme et la dose maximale sans effet chez le rat (500 mg / kg / jour) a été observée. l'oseltamivir est 480 fois plus élevé, et pour son métabolite actif, 44 fois. L'exposition chez le fœtus était de 15 à 20% de celle de la mère.
Autres: l'oseltamivir et son métabolite actif pénètrent dans le lait des rates allaitantes.
Selon des données limitées, l'oseltamivir et son métabolite actif passent dans le lait maternel humain. Selon les résultats d'extrapolation des données obtenues lors d'études chez l'animal, leur quantité dans le lait maternel peut être de 0,01 mg / jour et de 0,3 mg / jour, respectivement.
Environ 50% des cobayes testés ayant introduit des doses maximales du principe actif oseltamivir ont présenté une sensibilisation de la peau sous forme d'érythème. A également révélé une irritation oculaire réversible chez le lapin.
Bien que de très fortes doses uniques d'oseltamivir par voie orale (657 mg / kg et plus) n'aient pas affecté de rats adultes, elles ont eu un effet toxique sur les ratons immatures de 7 jours, y compris la mort. Aucun effet indésirable n'a été observé lors de l'administration chronique à une dose de 500 mg / kg / jour de 7 à 21 jours de la période postnatale.
Pharmacocinétique
Aspiration
L'oseltamivir est facilement absorbé dans le tractus gastro-intestinal et est largement transformé en un métabolite actif par l'action des estérases hépatiques et intestinales. La concentration plasmatique du métabolite actif est déterminée dans les 30 minutes, le temps nécessaire pour atteindre la concentration maximale de 2-3 heures et plus de 20 fois la concentration du promédicament. Au moins 75% de la dose ingérée entre dans la circulation systémique sous la forme du métabolite actif, moins de 5% sous la forme du médicament initial. Les concentrations plasmatiques des deux promédicaments et du métabolite actif sont proportionnelles à la dose et ne dépendent pas de la prise de nourriture.
Distribution
Le volume de distribution (Vss) du métabolite actif est de 23 l.
Selon des études chez l'animal, après ingestion d'oseltamivir, son métabolite actif a été retrouvé dans tous les principaux foyers d'infection (poumons, broncho-lavages, muqueuse nasale, oreille moyenne et trachée) à des concentrations produisant un effet antiviral.
Communication d'un métabolite actif avec les protéines du plasma - 3%. L'association de promédicaments aux protéines plasmatiques est de 42%, ce qui n'est pas suffisant pour provoquer des interactions médicamenteuses importantes.
Métabolisme
L'oseltamivir est largement transformé en un métabolite actif sous l'influence des estérases, qui se trouvent principalement dans le foie. Ni l'oseltamivir ni le métabolite actif ne sont des substrats ou des inhibiteurs des isoenzymes du cytochrome P450.
Enlèvement
Excrété (> 90%) sous forme de métabolite actif principalement par les reins. Le métabolite actif n'est plus transformé et est excrété par les reins (> 99%) par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire. La clairance rénale (18,8 l / h) dépasse le débit de filtration glomérulaire (7,5 l / h), ce qui indique que le médicament est également excrété par la sécrétion tubulaire. Moins de 20% du médicament administré est excrété par les intestins. La demi-vie du métabolite actif est de 6 à 10 heures.
Pharmacocinétique dans des groupes de patients particuliers
Patients présentant des lésions rénales
Avec Tamiflu® (100 mg deux fois par jour pendant 5 jours) chez les patients présentant des lésions rénales à divers degrés, la surface sous-courbe plasmatique «courbe concentration métabolite actif-temps» (AUC, oseltamivir carboxylate) est inversement proportionnelle à une diminution de la fonction rénale.
La pharmacocinétique de l'oseltamivir chez les patients insuffisants rénaux au stade terminal (clairance de la créatinine ≤ 10 ml / min) non dialysées n'a pas été étudiée.
Patients avec des dommages au foie
Les données obtenues in vitro et chez l'animal sur l'absence d'augmentation significative de l'ASC de l'oseltamivir ou de son métabolite actif dans les fonctions hépatiques légères et modérément altérées ont également été confirmées dans les études cliniques (voir «Posologie dans des cas particuliers»). L'innocuité et la pharmacocinétique de l'oseltamivir chez les patients présentant une insuffisance hépatique grave n'ont pas été étudiées.
Patients âgés et séniles
Chez les patients âgés et âgés de 65 à 78 ans, l'exposition du métabolite actif à l'état d'équilibre est 25 à 35% plus élevée que chez les patients plus jeunes recevant des doses similaires de Tamiflu®. La demi-vie d'élimination du médicament chez les patients âgés et séniles n'était pas significativement différente de celle des patients plus jeunes. Compte tenu des données sur l'exposition du médicament et de sa tolérabilité chez les patients âgés et séniles, aucune adaptation de la posologie n'est nécessaire pour le traitement et la prévention de la grippe.
Enfants de 1 à 8 ans et adolescents
La pharmacocinétique de Tamiflu® a été étudiée chez des enfants âgés de 1 à 16 ans dans le cadre d'une étude pharmacocinétique avec une dose unique du médicament et d'une étude clinique visant à étudier l'utilisation répétée du médicament chez un petit nombre d'enfants âgés de 3 à 12 ans.
Le taux d'élimination du métabolite actif, ajusté en fonction du poids corporel, chez les jeunes enfants est plus élevé que chez les adultes, ce qui conduit à une ASC inférieure à celle d'une dose spécifique. La prise du médicament à une dose de 2 mg / kg et à des doses uniques de 30 mg ou de 45 mg conformément aux recommandations de dosage pour les enfants énumérées à la section "Posologie et administration" fournit la même AUC du carboxylate d'oseltamivir, qui est atteinte chez l'adulte après une dose unique. Capsules de 75 mg du médicament (équivalent à environ 1 mg / kg). La pharmacocinétique de l'oseltamivir chez les enfants de plus de 12 ans est la même que chez les adultes.

Indications d'utilisation
Traitement de la grippe chez les adultes et les enfants de plus de 1 an.
Prévention de la grippe chez les adultes et les adolescents âgés de plus de 12 ans et appartenant à des groupes exposés à un risque accru d’infection par le virus (dans les unités militaires et les grandes équipes de production, chez les patients affaiblis).
Prévention de la grippe chez les enfants âgés de plus d'un an.

Contre-indications
Hypersensibilité à l'oseltamivir ou à l'un des composants du médicament.
Insuffisance rénale au stade terminal (clairance de la créatinine ≤ 10 ml / min).
L'âge des enfants jusqu'à 1 an.
Insuffisance hépatique sévère.

Avec soin
Grossesse, période d'allaitement.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement
Des études contrôlées chez les femmes enceintes n'ont pas été menées. Cependant, les résultats des études post-marketing et observationnelles ont démontré l'intérêt du schéma posologique standard proposé pour cette population de patients. Les résultats de l'analyse pharmacocinétique ont montré une exposition plus faible du métabolite actif (environ 30% pendant tous les trimestres de la grossesse) chez les femmes enceintes par rapport aux femmes non enceintes. Cependant, la valeur d'exposition calculée reste supérieure aux concentrations inhibitrices (valeur IC95) et aux valeurs thérapeutiques pour de nombreuses souches de virus grippal. Il n'est pas recommandé de modifier le schéma posologique chez la femme enceinte pendant le traitement ou la prophylaxie (voir la section «Pharmacocinétique dans des groupes spéciaux de patients»). Aucun effet indésirable direct ou indirect du médicament sur la grossesse, le développement embryo-fœtal ou postnatal n'a été constaté (voir «Données précliniques»). Lors de la prescription de Tamiflu®, les femmes enceintes doivent prendre en compte à la fois les données de sécurité, leur déroulement et la pathogénicité de la souche du virus grippal en circulation.
Au cours des études précliniques, l'oseltamivir et son métabolite actif ont pénétré dans le lait des rates allaitantes. Les données sur l'excrétion de l'oseltamivir avec le lait maternel humain et l'utilisation d'oseltamivir par les femmes allaitantes sont limitées. L'oseltamivir et son métabolite actif en petites quantités pénètrent dans le lait maternel (voir "Données précliniques"), créant ainsi des concentrations sanguines sous-thérapeutiques chez le nourrisson. Lors de la prescription d'oseltamivir à une femme qui allaite, il convient également de prendre en compte la maladie comorbide et le pouvoir pathogène de la souche du virus grippal en circulation. Pendant la grossesse et pendant l'allaitement, l'oseltamivir n'est utilisé que si les avantages attendus pour la mère l'emportent sur les risques potentiels pour le fœtus et l'enfant.

Posologie et administration
À l'intérieur, tout en mangeant ou peu importe le repas. La tolérance du médicament peut être améliorée si elle est prise avec les repas.
Les adultes, les adolescents ou les enfants qui ne peuvent pas avaler une gélule peuvent également recevoir un traitement par Tamiflu® sous forme de dosage oral.
En cas d'absence de Tamiflu® dans la forme posologique «poudre pour suspension pour administration orale» ou en cas de signes de «vieillissement» des gélules (par exemple, fragilité accrue ou autres troubles physiques), ouvrez la gélule et videz son contenu en petites quantités (maximum 1 c. à thé) d'un produit alimentaire sucré approprié (sirop au chocolat avec teneur en sucre normale ou sans sucre, miel, sucre brun clair ou sucre de table dissous dans de l'eau, sucré d Esert, lait concentré sucré, compote de pommes ou yogourt) pour masquer le goût amer. Le mélange doit être soigneusement mélangé et donné au patient dans son ensemble. Avalez le mélange immédiatement après la préparation. Des recommandations détaillées sont données dans la sous-section "Préparation extampérale de la suspension Tamiflu®".
Schéma posologique standard
Traitement
Le médicament doit être démarré au plus tard 2 jours après le début des symptômes.
Adultes et adolescents âgés de 12 ans et plus
75 mg 2 fois par jour à l'intérieur pendant 5 jours. L'augmentation de la dose de plus de 150 mg / jour n'augmente pas l'effet.
Enfants pesant plus de 40 kg ou âgés de 8 à 12 ans
Les enfants qui sont capables d’avaler les gélules peuvent également recevoir un traitement en prenant une gélule à 75 mg 2 fois par jour pendant 5 jours.
Enfants âgés de 1 à 8 ans
Tamiflu® en poudre est recommandé pour la préparation d'une suspension pour administration orale de capsules de 12 mg / ml ou de 30 et 45 mg (pour les enfants de plus de 2 ans). Pour déterminer le schéma posologique recommandé, voir les instructions d'administration de Tamiflu® en poudre pour la préparation d'une suspension buvable à 12 mg / ml ou de capsules à 30 et 45 mg. Il est possible de préparer la suspension en utilisant des gélules de 75 mg (voir la sous-section «Préparation de la préparation de Tamiflu® en suspension»).
Prévention
Le médicament doit être démarré au plus tard 2 jours après le contact avec les patients.
Adultes et adolescents âgés de 12 ans et plus
75 mg 1 fois par jour à l'intérieur pendant au moins 10 jours après le contact avec le patient. Au cours de l'épidémie de grippe saisonnière, 75 mg 1 fois par jour pendant 6 semaines. L'effet préventif dure aussi longtemps que la prise du médicament.
Enfants pesant plus de 40 kg ou âgés de 8 à 12 ans
Les enfants qui peuvent avaler des gélules peuvent également recevoir un traitement prophylactique, en prenant une gélule à 75 mg 1 fois par jour pendant 10 jours.
Enfants âgés de 1 à 8 ans
Tamiflu® en poudre est recommandé pour la préparation d'une suspension pour administration orale de gélules de 12 mg / ml ou de 30 et 45 mg. Pour déterminer le schéma posologique recommandé, voir les instructions d'administration de Tamiflu® en poudre pour la préparation d'une suspension buvable à 12 mg / ml ou de capsules à 30 et 45 mg. Il est possible de préparer la suspension en utilisant des gélules de 75 mg (voir la section «Préparation de la préparation de Tamiflu® en suspension»).
Dosage dans des cas spéciaux
Patients présentant des lésions rénales
Traitement
Les patients dont la clairance de la créatinine dépasse 60 ml / min ne sont pas tenus d'ajuster leur dose. Chez les patients dont la clairance de la créatinine est comprise entre 30 et 60 ml / min, la dose de Tamiflu® doit être réduite à 30 mg deux fois par jour pendant 5 jours.
Chez les patients dont la clairance de la créatinine est comprise entre 10 et 30 ml / min, la dose de Tamiflu® doit être réduite à 30 mg une fois par jour pendant 5 jours. Chez les patients en hémodialyse permanente, Tamiflu® à la dose initiale de 30 mg peut être pris avant la dialyse, si les symptômes de la grippe apparaissent moins de 48 heures après les séances de dialyse. Pour maintenir la concentration plasmatique au niveau thérapeutique, Tamiflu® doit être pris à raison de 30 mg après chaque séance de dialyse. Chez les patients sous dialyse péritonéale, Tamiflu® doit être pris à une dose initiale de 30 mg avant le début de la dialyse, puis à 30 mg tous les 5 jours (voir aussi «Posologie dans des cas particuliers» et «Instructions spéciales»). La pharmacocinétique de l'oseltamivir chez les patients insuffisants rénaux au stade terminal (clairance de la créatinine ≤ 10 ml / min) non dialysées n'a pas été étudiée. À cet égard, les recommandations pour la posologie chez ce groupe de patients ne sont pas disponibles.
Prévention
Les patients dont la clairance de la créatinine dépasse 60 ml / min ne sont pas tenus d'ajuster leur dose. Chez les patients dont la clairance de la créatinine est comprise entre 30 et 60 ml / min, la dose de Tamiflu® doit être réduite à 30 mg une fois par jour.
Chez les patients présentant une clairance de la créatinine comprise entre 10 et 30 ml / min, il est recommandé de réduire la dose de Tamiflu® à 30 mg tous les deux jours. Chez les patients en hémodialyse permanente, Tamiflu® à la dose initiale de 30 mg peut être pris avant le début de la dialyse («1ère session»). Pour maintenir la concentration plasmatique au niveau thérapeutique de Tamiflu®, 30 mg doivent être pris après chaque séance de dialyse étrange. Chez les patients sous dialyse péritonéale, Tamiflu® doit être pris à une dose initiale de 30 mg avant le début de la dialyse, puis à 30 mg tous les 7 jours (voir aussi "Posologie dans des cas particuliers" et "Instructions spéciales"). La pharmacocinétique de l'oseltamivir chez les patients insuffisants rénaux au stade terminal (clairance de la créatinine ≤ 10 ml / min) non dialysées n'a pas été étudiée. À cet égard, les recommandations pour la posologie chez ce groupe de patients ne sont pas disponibles.
Patients avec des dommages au foie
Il n'est pas nécessaire d'ajuster la posologie lors du traitement et de prévenir l'influenza chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère ou modérée. L'innocuité et la pharmacocinétique de Tamiflu® chez les patients présentant une insuffisance hépatique grave n'ont pas été étudiées.
Patients âgés et séniles
Aucune adaptation de la posologie pour la prévention ou le traitement de l'influenza n'est nécessaire.
Patients immunodéprimés (après transplantation)
Pour la prophylaxie saisonnière de l’influenza chez les patients immunodéprimés âgés de ≥ 1 an - pendant 12 semaines, aucune adaptation de la posologie n’est nécessaire (voir la section «Posologie et administration»).
Les enfants
Tamiflu® sous cette forme posologique ne doit pas être administré aux enfants de moins de 1 an.
Préparation extemporelle de la suspension Tamiflu®
Dans les cas où les adultes, les adolescents et les enfants ont des problèmes pour avaler les gélules et que Tamiflu® est absent sous la forme posologique «poudre pour suspension pour administration orale» ou en cas de signes de «vieillissement» des gélules, il est nécessaire d'ouvrir la gélule et de verser son contenu dans une petite la quantité (max. 1 cuillère à thé) d'aliment sucré approprié (voir ci-dessus) pour masquer le goût amer. Le mélange doit être soigneusement mélangé et donné au patient dans son ensemble. Avalez le mélange immédiatement après la préparation.
Si les patients ont besoin d’une dose de 75 mg, suivez les instructions suivantes:
1. En tenant une capsule de 75 mg de Tamiflu® sur un petit récipient, ouvrez doucement la capsule et versez la poudre dans le récipient.
2. Ajoutez une petite quantité (pas plus de 1 c. À thé) d'un produit alimentaire sucré approprié (pour masquer le goût amer) et mélangez bien.
3. Mélangez bien le mélange et buvez-le immédiatement après sa préparation. Si une petite quantité du mélange reste dans le récipient, rincez le récipient avec une petite quantité d’eau et buvez le mélange restant.
Si les patients nécessitent des doses de 30 à 60 mg, vous devez suivre les instructions suivantes:
1. En tenant une capsule de 75 mg de Tamiflu® sur un petit récipient, ouvrez doucement la capsule et versez la poudre dans le récipient.
2. Ajoutez 5 ml d'eau à la poudre à l'aide d'une seringue avec des étiquettes indiquant la quantité de liquide collectée. Bien mélanger pendant 2 minutes.
3. Tapez dans la seringue la quantité requise du mélange du réservoir conformément au tableau ci-dessous:

Poids corporel Dose recommandée Quantité de mélange de Tamiflu® à la fois
≤15 kg 30 mg 2 ml
> 15-23 kg 45 mg 3 ml
> 23-40 kg 60 mg 4 ml
Il n’est pas nécessaire de collecter de la poudre blanche non dissoute, car il s’agit d’un agent de remplissage inactif. En cliquant sur le piston de la seringue, entrez tout son contenu dans le deuxième récipient. Le mélange restant non utilisé doit être jeté.

4. Dans le deuxième récipient, ajoutez une petite quantité (pas plus d'une cuillère à thé) d'aliment sucré approprié pour masquer le goût amer et mélangez bien.
5. Mélangez bien le mélange et buvez-le immédiatement après sa préparation. Si une petite quantité du mélange reste dans le récipient, rincez le récipient avec une petite quantité d’eau et buvez le mélange restant.
Répétez cette procédure avant chaque dose.

Effets secondaires
Dans les études de traitement de l'influenza chez l'adulte et l'adolescent, les effets indésirables les plus fréquents étaient les nausées, les vomissements et les maux de tête. La plupart des HP sont survenues le premier ou le deuxième jour de traitement et étaient autonomes en un à deux jours. Dans les études sur la prévention de la grippe chez les adultes et les adolescents, les HP les plus courantes étaient les nausées, les vomissements, les maux de tête et la douleur. Les vomissements étaient plus fréquents chez les enfants. Les HP décrits dans la plupart des cas ne nécessitaient pas l’arrêt du médicament.
Traitement et prévention de la grippe chez l'adulte et l'adolescent
Le tableau 1 présente les HP apparaissant le plus souvent (≥ 1%) lors de la prise de la dose recommandée de Tamiflu® dans les études sur la prévention et le traitement de la grippe chez l'adulte et l'adolescent (75 mg 2 fois par jour pendant 5 jours et 75 mg 1 fois par jour). jour à 6 semaines pour la prévention) et dont la fréquence est au moins supérieure de 1% par rapport au placebo. L’étude sur le traitement de la grippe incluait des adultes / adolescents sans comorbidités et des patients à risque, à savoir: patients présentant un risque élevé de développer des complications de la grippe (patients âgés ou âgés, patients souffrant de maladies cardiaques ou respiratoires chroniques). En général, le profil de sécurité chez les patients à risque correspondait à celui des patients adultes / adolescents sans comorbidités.
Dans les études sur la prévention de l'influenza, le profil d'innocuité des patients recevant la dose recommandée de Tamiflu® (75 mg 1 fois par jour pendant 6 semaines au maximum) ne différait pas de celui des études sur le traitement de l'influenza, malgré l'administration prolongée du médicament.
Tableau 1. Pourcentage d'adultes / adolescents atteints d'HP survenant avec une fréquence ≥ 1% dans le groupe oseltamivir dans les études sur le traitement et la prévention de l'infection grippale (différence par rapport au placebo ≥ 1%).

Classe d'organes systémiques Réactions indésirables Traitement Prévention Catégorie de fréquence a
Oseltamivir (75 mg 2 fois / jour) N = 2647 placebo N = 1977 Oseltamivir (75 mg 1 fois / jour) N = 1945 Placebo N = 1588
Troubles du tractus gastro-intestinal
Nausées 10% 6% 8% 4% très souvent
Vomissements 8% 3% 2% 1% souvent
Troubles du système nerveux
Maux de tête 2% 1% 17% 16% très souvent
Troubles communs
Douleur a La catégorie de fréquence est présentée uniquement pour le groupe oseltamivir. Les catégories de fréquence suivantes ont été utilisées pour estimer la fréquence de HP: très souvent (≥1 / 10); souvent (≥1 / 100,

Les événements indésirables suivants sont survenus à une fréquence d'au moins 1% chez les adultes et les adolescents traités par l'oseltamivir à titre de traitement et de prévention de l'infection grippale. Ces effets indésirables ont été soit plus fréquemment observés chez les patients recevant un placebo, soit les différences de fréquence entre les groupes sous oseltamivir et sous placebo étaient inférieures à 1%:
Troubles gastro-intestinaux (Tamiflu® par rapport au placebo):
traitement - diarrhée (6% contre 7%), douleur abdominale (y compris douleur dans le haut de l'abdomen, 2% contre 3%);
prévention - diarrhée (3% contre 4%), douleur à la partie supérieure de l'abdomen (2% contre 2%), dyspepsie (1% contre 1%).
Infections et invasions (Tamiflu® versus placebo):
traitement - bronchite (3% contre 4%), sinusite (1% contre 1%), herpès simplex (1% contre 1%);
prophylaxie - rhinopharyngite (4% contre 4%), infections des voies respiratoires supérieures (3% contre 3%), infection grippale (2% contre 3%).
Troubles courants (Tamiflu® par rapport au placebo):
traitement - vertiges (y compris vertiges, 2% contre 3%);
prévention - fatigue (7% contre 7%), pyrexie (2% contre 2%), syndrome pseudo-grippal (1% contre 2%), vertiges (1% contre 1%), douleurs aux extrémités (1% contre 1%).
Troubles du système nerveux (Tamiflu® versus placebo):
traitement - insomnie (1% vs 1%);
prévention - insomnie (1% vs 1%).
Troubles du système respiratoire, du thorax et du médiastinal (Tamiflu® versus placebo):
traitement - toux (2% contre 2%), congestion nasale (1% contre 1%);
prévention - congestion nasale (7% contre 7%), angor (5% contre 5%), toux (5% contre 6%), rhinorrhée (1% contre 1%).
Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif (Tamiflu® versus placebo):
prévention - maux de dos (2% contre 3%), arthralgies (1% contre 2%), myalgies (1% contre 1%).
Troubles des organes génitaux et du sein (Tamiflu® par rapport au placebo):
prévention - dysménorrhée (3% vs 3%).
Traitement et prévention de l'infection grippale chez les personnes âgées
Le profil d'innocuité de 942 patients âgés et séniles ayant reçu Tamiflu® ou un placebo n'était pas cliniquement différent de celui des personnes plus jeunes (jusqu'à 65 ans).
Prévenir l'infection grippale chez les patients immunodéprimés
Dans une étude de 12 semaines sur la prévention de l'influenza chez 475 patients immunodéprimés (dont 18 enfants âgés de 1 à 12 ans), chez des patients prenant Tamiflu® (n = 238), le profil d'innocuité correspond à celui décrit précédemment dans les études sur la prévention de l'influenza..
Traitement et prévention de l'infection grippale chez les enfants sans comorbidités âgées de 1 à 12 ans et chez les patients souffrant d'asthme bronchique
Dans les études sur le traitement de l'infection grippale naturelle chez les enfants âgés de 1 à 12 ans avec l'oseltamivir (n = 858), marquées avec une fréquence de ≥ 1% et d'au moins 1% plus souvent que celles du placebo (n = 622), il y avait des vomissements.
Chez les enfants recevant la dose recommandée de Tamiflu® 1 fois par jour en prophylaxie à la maison après exposition, les vomissements étaient les plus fréquents (8% dans le groupe oseltamivir contre 2% dans le groupe n'ayant pas reçu de traitement prophylactique). Tamiflu® a été bien toléré. Les effets indésirables rapportés ont été décrits précédemment dans le traitement de l'influenza chez les enfants.
Les événements indésirables suivants ont été signalés chez les enfants avec une fréquence ≥ 1% dans les études de traitement de la grippe (n = 858) ou avec une fréquence ≥ 5% dans les études de prévention de la grippe (n = 148). Ces effets indésirables ont été plus fréquemment observés dans le groupe placebo / sans prophylaxie, les différences entre les groupes oseltamivir et placebo / sans prophylaxie étaient inférieures à 1%.
Troubles gastro-intestinaux (Tamiflu® par rapport au placebo):
traitement - diarrhée (9% contre 9%), nausée (4% contre 4%), douleur abdominale (y compris douleur dans la partie supérieure de l'abdomen, 3% contre 3%).
Infections et invasions (Tamiflu® versus placebo):
traitement - otite moyenne (5% contre 8%), bronchite (2% contre 3%), pneumonie (1% contre 3%), sinusite (1% contre 2%).
Troubles du système respiratoire, du thorax et du médiastinal (Tamiflu® versus placebo):
traitement - asthme (y compris exacerbation, 3% contre 4%), épistaxis (2% contre 2%);
prévention - toux (12% contre 26%), congestion nasale (11% contre 20%).
Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés (Tamiflu® par rapport au placebo):
traitement - dermatite (y compris dermatite allergique et atopique, 1% versus 2%).
Troubles de l'organe des troubles de l'audition et du labyrinthe (Tamiflu® versus placebo):
traitement - mal d'oreille (1% vs 1%).
Troubles de l'organe de la vision (Tamiflu® par rapport au placebo):
traitement - conjonctivite (y compris rougeur, larmoiement et douleur oculaire, 1% par rapport aux autres événements indésirables observés pendant le traitement de l'influenza chez les enfants ne répondant pas aux critères décrits ci-dessus.
Troubles sanguins et du système lymphatique (Tamiflu® vs placebo):
traitement - lymphadénopathie (troubles de l’organe de l’audition et troubles du labyrinthe (Tamiflu® versus placebo):
traitement - lésions du tympan (surveillance après commercialisation)
Les effets indésirables suivants ont été observés avec Tamiflu®, lors de la surveillance après commercialisation. La fréquence de ces événements indésirables et / ou le lien de causalité avec l'utilisation de Tamiflu® ne peuvent pas être établis, car la taille réelle de la population n'est pas connue en raison du caractère volontaire des messages.
Violations de la peau et des tissus sous-cutanés: réactions d’hypersensibilité - dermites, éruptions cutanées, eczéma, urticaire, érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique, allergies, réactions anaphylactiques et anaphylactoïdes, œdème de Quincke.
Troubles du foie et des voies biliaires: hépatite, activité accrue des enzymes hépatiques chez les patients présentant des symptômes pseudo-grippaux ayant reçu Tamiflu®; hépatite fulminante (y compris issue fatale), insuffisance hépatique, jaunisse.
Troubles neuropsychiatriques
L'infection grippale peut être associée à divers symptômes neurologiques et à des changements de comportement, notamment des symptômes tels que des hallucinations, des délires et un comportement anormal. Dans certains cas, ils peuvent être fatals. De tels phénomènes peuvent se produire à la fois dans le contexte du développement d’une encéphalopathie ou d’une encéphalite et sans la manifestation de ces maladies.
Crises convulsives et délire (y compris symptômes tels que troubles de la conscience, désorientation dans le temps et dans l’espace, comportements anormaux, délires, hallucinations, agitation, anxiété, cauchemars). Ces cas étaient rarement accompagnés d’actes mettant la vie en danger. Le rôle de Tamiflu® dans le développement de ces phénomènes est inconnu. Des troubles neuropsychiatriques similaires ont également été observés chez des patients grippés n'ayant pas reçu Tamiflu®.
Troubles du tractus gastro-intestinal: saignements gastro-intestinaux après la prise de Tamiflu® (en particulier, la relation entre la colite hémorragique et Tamiflu® ne peut pas être exclue, car ces phénomènes ont disparu à la fois après la guérison du patient et après l'arrêt du médicament).
Violations de l'organe de la vision: vision floue.
Troubles cardiaques: arythmie.

Surdose
Dans la plupart des cas, le surdosage au cours des essais cliniques et lors de l'utilisation de Tamiflu® après la commercialisation du produit n'a pas été accompagné d'effets indésirables. Dans d'autres cas, les symptômes de surdosage correspondaient aux événements indésirables présentés dans la section «Effets secondaires».

Interaction avec d'autres médicaments
Selon les études pharmacologiques et pharmacocinétiques, des interactions médicamenteuses cliniquement significatives sont peu probables.
L'oseltamivir est largement transformé en un métabolite actif sous l'influence des estérases, principalement situées dans le foie. Les interactions médicamenteuses dues à la compétition pour la liaison aux centres actifs des estérases ne sont pas largement représentées dans la littérature. Le faible degré de liaison de l'oseltamivir et du métabolite actif avec les protéines plasmatiques ne suggère pas l'existence d'interactions associées à l'exclusion des médicaments de l'association avec les protéines.
Des études in vitro ont montré que ni l'oseltamivir ni son métabolite actif ne constituent le substrat privilégié pour les oxydases multifonctionnelles du système du cytochrome P450 ou pour les glucuronyltransférases (voir la sous-section Pharmacocinétique). Il n'y a aucune raison d'interagir avec les contraceptifs oraux.
La cimétidine, un inhibiteur non spécifique des isoenzymes du système du cytochrome P450 et en compétition dans le processus de sécrétion tubulaire avec des préparations alcalines et des cations, n'affecte pas les concentrations plasmatiques d'oseltamivir et de son métabolite actif.
Des interactions médicamenteuses cliniquement significatives associées à une compétition pour la sécrétion tubulaire sont peu probables, compte tenu de la marge de sécurité de la plupart de ces médicaments, de la voie d'élimination du métabolite actif, l'oseltamivir (filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire anionique), ainsi que de la capacité de production de chacune des voies.
Le probénécide entraîne une augmentation d'environ 2 fois l'ASC du métabolite actif de l'oseltamivir (en réduisant la sécrétion tubulaire active dans les reins). Toutefois, aucune adaptation posologique avec l'utilisation simultanée de probénécide n'est nécessaire, compte tenu de la marge de sécurité du métabolite actif.
L'administration simultanée d'amoxicilline n'affecte pas les concentrations plasmatiques d'oseltamivir et de ses composants, ce qui démontre une faible compétition pour l'élimination par la sécrétion tubulaire anionique.
L'administration simultanée de paracétamol n'affecte pas les concentrations plasmatiques d'oseltamivir et de son métabolite actif, ni de paracétamol.
Aucune interaction pharmacocinétique entre l'oseltamivir et son principal métabolite n'a été détectée lors de l'administration simultanée de paracétamol, d'acide acétylsalicylique, de cimétidine, d'agents antiacides (hydroxyde de magnésium et d'aluminium, carbonate de calcium), de warfarine, de rimantadine ou d'amantadine.
Lors de l'utilisation TamifluMD avec des médicaments couramment utilisés, tels que des inhibiteurs de l'ECA (énalapril, captopril), les diurétiques thiazidiques (bendrofluméthiazide), des antibiotiques (pénicilline, les céphalosporines, l'azithromycine, l'érythromycine et la doxycycline), les antagonistes des antagonistes de l'histamine des récepteurs H2 (ranitidine, la cimétidine), bêta -adrénobloquants (propranolol), xanthines (théophylline), sympathomimétiques (pseudoéphédrine), opiacés (codéine), glucocorticoïdes, bronchodilatateurs inhalés et analgésiques non narcotiques (acide acétylsalicylique, ibrofrofof et paracétamol), modifiés une seconde nature ou la fréquence des événements indésirables a été observée.
Il faut avec prudence utiliser l'oseltamivir en association avec des médicaments ayant une largeur thérapeutique étroite (par exemple, le chlorpropamide, le méthotrexate, la butadione).

Instructions spéciales
Troubles mentaux
Des troubles psychiatriques, des convulsions et des troubles neuropsychiatriques de type délirium ont été enregistrés chez des patients (principalement des enfants et des adolescents) ayant pris Tamiflu® pour le traitement de l'influenza. Ces cas étaient rarement accompagnés d’actes mettant la vie en danger. Le rôle de Tamiflu® dans le développement de ces phénomènes est inconnu. Des troubles neuropsychiatriques similaires ont également été observés chez des patients grippés n'ayant pas reçu Tamiflu®.
Le risque de troubles neuropsychiatriques chez les patients recevant Tamiflu® ne dépasse pas celui des patients atteints d'influenza qui ne reçoivent pas d'antiviraux.
Il est recommandé de surveiller attentivement l'état et le comportement des patients, en particulier des enfants et des adolescents, afin d'identifier les signes de comportement anormal et d'évaluer le risque de poursuite de l'administration du médicament au cours du développement de ces phénomènes.
Il n’existe pas de données sur l’efficacité de Tamiflu® dans le traitement des maladies causées par d’autres agents pathogènes, à l’exception des virus grippaux A et B.
Tamiflu® ne remplace pas la vaccination.
L'administration prophylactique du médicament Tamiflu® est possible selon les indications épidémiologiques.
Les recommandations relatives à l'ajustement de la posologie chez les patients insuffisants rénaux sont présentées à la sous-rubrique Posologie dans des cas particuliers (voir également Pharmacocinétique dans des groupes de patients particuliers).
Tamiflu® sous cette forme posologique ne doit pas être administré aux enfants de moins de 1 an.
Instructions pour l'utilisation, la manipulation et la destruction
L'exposition des médicaments à l'environnement doit être réduite au minimum. Ne jetez pas le produit avec les eaux usées ou avec les ordures ménagères. Si possible, utilisez des systèmes spéciaux pour l'élimination des médicaments.

Influence sur l'aptitude à conduire des transports et à travailler avec des voitures et des mécanismes
Aucune étude sur les effets du médicament sur l'aptitude à conduire des véhicules et à se livrer à d'autres activités potentiellement dangereuses nécessitant une concentration et une vitesse psychomotrice accrues n'a pas été menée. Sur la base du profil de sécurité, l’impact de Tamiflu® sur ces activités est peu probable.

Formulaire de décharge et emballage
Capsules de 75 mg
Sur 10 capsules dans l'emballage sous blister (blister), en triplex (PVC / PE / PVDC) et feuille d'aluminium. 1 blister ainsi que les instructions d'utilisation sont placés dans une boîte en carton.

Durée de vie
7 ans. Ne pas utiliser après la date de péremption imprimée sur l'emballage.

Conditions de stockage
À une température ne dépassant pas 25 ° C
Tenir hors de portée des enfants.

Conditions de vente en pharmacie
Selon la recette

Titulaire du certificat d'inscription
F. Hoffmann-La Rosh Ltd., Suisse
F. Hoffmann-La Roche SA, Grenzacherstrasse 124, 4070 Bâle, Suisse

Fabricant
F. Hoffmann-La Rosh Ltd., Suisse
F. Hoffmann-La Roche SA, Grenzacherstrasse 124, 4070 Bâle, Suisse

Senexi SAS, France
Cenexi SAS, 52 rue Marcel et Jacques Gaucher, 94120 Fontenay-sous-Bois, France

Catalent Germany Schorndorf GmbH, Allemagne
Catalent Allemagne Schorndorf GmbH, Steinbeisstrasse 2, 73614 Schorndorf, Allemagne

Rosh S.PA, Italie
Roche S.p.A., Via Morelli 2, 20090 Segrate, Milan, Italie

Les plaintes des consommateurs doivent être envoyées au bureau de représentation de F. Hoffmann-La Rosh Ltd:
107031, Russie, Moscou, place Trubnaya, 2
tél. (495) 229 29 99,
fax (495) 229 79 99